Auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé, que faire ?

avatar

ParL'équipe Club Freelance

Publié le22 septembre 2021à09:00, mis à jour le20 septembre 2021à11:47

Auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé, que faire ? cover

Votre activité d’auto-entrepreneur bat son plein ? Tant mieux ! Peut-être même au point de générer un chiffre d’affaires au-delà des plafonds règlementaires. Si c’est le cas, vous allez devoir quitter le régime de l’auto-entreprise. Pas de panique, on vous présente l’essentiel pour amorcer cette transition en douceur. Auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé, découvrez quoi faire !

Les plafonds de chiffre d’affaires dans le régime de la micro-entreprise

Créé en 2008, le régime de la micro-entreprise permet de se lancer à son compte rapidement et de minimiser les formalités administratives.

En effet, le micro-entrepreneur (ou auto-entrepreneur) n’est soumis qu’à peu d’obligations comptables et administratives :

  • le calcul des impôts et des cotisations sociales est facilité et proportionnel au chiffre d’affaires encaissé (si votre chiffre d’affaires est nul, vous ne payez rien)
  • votre comptabilité se limite à un livre des recettes et des achats ainsi que des factures en bonne et due forme
  • En dessous d’un certain chiffre d’affaires, vous êtes dispensé du paiement de la TVA

En contrepartie de cette simplicité de gestion, il existe un seuil de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. Le seuil maximal dépend de l’activité exercée. Au-delà, le régime de la micro-entreprise ne s’applique plus.

Pour l’année 2021, le Portail Auto-entrepreneur relève les seuils suivants :

  • 176 200 € pour les activités d’achat-revente de marchandises et les prestations d’hébergement (chambre d’hôtes, meublé de tourisme)
  • 72 600 € pour les prestations de services (libérales comme artisanales ou commerciales)

Si vous êtes par exemple consultant en informatique, data scientist ou graphic designer en auto-entreprise, votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 600 €.

Bon à savoir   Si vous exercez une activité mixte (par exemple vente et prestation de services) : votre chiffre d’affaires maximal est de 176 200 €, au sein duquel l’activité de prestation de services ne doit pas dépasser 72 600 €.

Bonne nouvelle : la sortie du régime de l’auto-entreprise ne se fait que si vous dépassez le plafond autorisé pendant deux années consécutives (une seule année au-dessus de ce plafond ne suffira donc pas).

Auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé: exemple

Julie, data analyst freelance, a créé sa micro-entreprise en avril 2020. Le calcul de son plafond se fait prorata temporis, c’est-à-dire selon la date de création de son entreprise. La première année, son plafond équivaut à : (72 600 / 12) x 9 = 54 450 €. Julie rencontre un succès inattendu et enregistre un chiffre d’affaires de 60 500 € sur ces 9 mois. Elle dépasse donc le plafond.

En 2021, forte de son nouveau réseau, Julie enregistre un chiffre d’affaires de 70 400 €. Comme son chiffre d’affaires est resté en dessous du plafond pour la deuxième année, elle continuera donc de bénéficier du régime de la micro-entreprise.

Supposons maintenant que son activité ait explosé en 2021 grâce à un gros client et qu’elle ait enregistré un chiffre d’affaires de 75 750 €. Dans ce cas, le plafond du régime de la micro-entreprise a été dépassé durant deux années consécutives. Julie quittera alors le régime de la micro-entreprise au 1er janvier 2022.  

Deux années consécutives au-delà des plafonds, et après ?

Suite à deux années consécutives au-delà des plafonds de chiffres d’affaires autorisés, la micro-entreprise bascule automatiquement vers l’entreprise individuelle.

Il vous faudra néanmoins déclarer la fermeture de votre micro-entreprise à votre Centre de formalités des entreprises (CFE).

Le changement de régime s’effectue dès le 1er janvier de l’année suivant la deuxième année où le plafond a été dépassé.  

Comment cela se passe concrètement ?

Le basculement automatique vers l’entreprise individuelle

Vous serez prévenu de votre nouvelle affiliation au régime commun par une lettre recommandée avec accusé de réception, contestable dans le mois suivant sa réception.

En basculant automatiquement en entreprise individuelle :

Votre régime d’imposition n’est plus le régime micro-fiscal mais le régime réel simplifié

Le passage du régime micro au régime réel comporte deux nouveautés :

  • Vous devez à présent fournir un bilan comptable simplifié pour chaque exercice comptable
  • Votre impôt sur le revenu n’est plus calculé en soustrayant un abattement forfaitaire sur votre chiffre d’affaires mais en soustrayant vos frais réels (d’où le nom de ce régime).
Bon à savoir
Pour la TVA, le régime réel simplifié s’appliquait déjà suite aux dépassements des seuils de la franchise de TVA. Bonne nouvelle, vous pouvez continuer de la déclarer comme vous faisiez en tant que micro-entrepreneur.

Vous demeurez rattaché à la Sécurité sociale des indépendants mais le calcul de vos cotisations évolue

En auto-entreprise, vos cotisations sociales étaient calculées selon un pourcentage fixe.

Avec le passage en entreprise individuelle au régime réel, elles se calculent dorénavant sur vos bénéfices imposables. Ce bénéfice est obtenu par la soustraction des charges réelles au chiffre d’affaires de l’entreprise individuelle. Contrairement au statut d’auto-entrepreneur, des cotisations sociales minimales sont dues même en l’absence de bénéfices.

Dans certains cas et selon l’évolution de votre activité, il peut être judicieux de vous tourner vers une autre forme juridique.

Auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé : le choix d’une structure juridique adaptée

Vous pouvez tout à fait sortir de l’entreprise individuelle et opter à la place pour une société unipersonnelle, que l’on pourrait qualifier de plus ambitieuse.

En effet, lorsque vous passez automatiquement en entreprise individuelle, votre patrimoine personnel reste confondu avec celui de l’entreprise (comme en auto-entreprise). Cela n’est pas le cas si vous optez pour une société comme l’EURL ou la SASU car elles agissent comme des personnes morales. En cas de dettes, les créanciers ne pourront donc pas saisir vos biens personnels. En optant pour une société, vous pourrez également déléguer sa gestion quotidienne à un dirigeant tiers. À terme, vous pourrez également choisir de vous associer avec d’autres personnes, afin de faire grandir votre projet.

Pour faire le bon choix de structure, n’hésitez pas à faire appel à Simplitoo. 

Le passage au régime de l’entreprise ou de la société peut être source de questionnements pour l’ancien micro-entrepreneur. Le choix d’une structure juridique adaptée doit être fait en conscience des spécificités de chaque forme juridique.

Si vous avez aimé notre article « auto-entrepreneur et plafond de chiffre d’affaires dépassé », découvrez aussi nos articles : Régime fiscal auto-entrepreneur​ & freelance : lequel choisir ? ainsi que notre guide pour auto-entrepreneurs.

Rejoindre Club Freelance
Partager l’article

Par L'équipe Club Freelance

Vous souhaitez contribuer au blog ? Contactez-nous !

Club Freelance

Nous accompagnons les meilleurs consultants IT et les entreprises les plus innovantes dans la réussite de leurs projets

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Pour ne manquer aucun article

Inscrivez-vous et recevez tous nos nouveaux articles

Envie de rejoindre le club ?


Ces entreprises ont accéléré sur leurs projets IT grâce à nos freelances